4 min de lecture

C’est bien connu, la principale source de vitamine D est la lumière du soleil.

Mais les bienfaits du soleil sont multiples :  il apaise, il diminue la fatigue, il permet une meilleure oxygénation du corps…

Source de vitamine D

Si la vitamine D est présente dans certains aliments comme le poisson (le hareng, le maquereau, la sardine, les anchois, le saumon et le thon cru, notamment), l’huile de foie de  morue et quelques produits laitiers, il faut savoir aussi que près de 90% des besoins en vitamine D sont synthétisés dans la peau par l’action des rayons du soleil (UVB). 

En cas de carence hivernale en vitamine D, il est un risque chez certains de dépression saisonnière. Un niveau bas en vitamine D empêche la production de mélatonine, “hormone du sommeil”, ce qui dès lors peut affecter notre rythme circadien. 

Notre corps aime les routines et le cycle veille-sommeil est particulièrement sensible, ce qui explique qu’un changement d’horaire puisse le perturber.

Le soleil joue un rôle sur l’horloge interne, on appelle ça la chronobiologie.

On va se rythmer en fonction du nombre d’heures d’ensoleillement. 

Du manque de sommeil peut ainsi découler un moral plus bas, de la fatigue et du stress.

Avec le retour des beaux jours, il est conseillé de sortir et de faire le plein de lumière. Sachez aussi que pour que les cellules du corps stimulent la production de vitamine D, il n’est pas nécessaire de rester au soleil pendant des heures.

En effet, seulement 15 minutes de rayonnement UV sur le visage et les bras suffisent pour profiter de ses effets positifs en évitant toutefois les heures les plus chaudes.

La lumière apaise, diminue la fatigue, amplifie l’humeur

L’influence de la lumière sur notre moral est prouvée scientifiquement.
La lumière pénètre dans notre organisme par la rétine et parvient jusqu’à la glande pinéale, située dans la partie postérieure du cerveau. Or, cette glande sécrète deux hormones : la sérotonine et la mélatonine. La première est impliquée dans la régulation de l’humeur, un taux très bas de sérotonine témoigne d’une humeur dépressive, et la seconde comme nous venons de le voir est impliquée dans la régulation du rythme veille-sommeil. 

Lumière, on vous éclaire !

Découvrer l’article !